L'Ère des Prophéties
Hey !
Bienvenue sur l'Ère des Prophéties, un forum de RPG LGDC pas comme les autres du à... ahah, allez lire le contexte mes petits coquins ! Pour le moment, le forum n'est pas encore très actif, mais nous n'attendons que vous pour le peupler.
Merci !
avec toutes notre amitié, le Staff


Forum de rpg inspiré de La guerre des Clans
 

Partagez | 
 

 Plume de Phénix - Clan de la Forêt Abondante

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Démence des Chimères

avatar

Messages : 93
Date d'inscription : 19/01/2017

MessageSujet: Plume de Phénix - Clan de la Forêt Abondante   Lun 10 Avr - 12:59

Plume de Phénix



"J'ai couru, mille fois j'ai couru, et si souvent gardé le silence..."






Personnage

|- Sexe : Mâle.
|- Âge : une quarantaine de lunes.
|- Clan : de la Forêt Abontante.
|- Rang : guerrier.

Joueur
|- PUFF/Surnom : ...
|- Age : ...
|- Pourquoi ce forum ? : ...
|- Quelque chose à modifier ? : ...
|- Codes : ...




"My Past" - Histoire

On l'avait nommé Phénix. Il le devait à son poil d'un roux flamboyant, parcourus des reflets cuivrés et or des flammes. Il se souvient vaguement de la chaleur du foyer qui illuminait la pièce douillette où il vit le jour. Du parfum réconfortant de sa mère. De sa fratrie gémissante qui se mouvait à ses côtés. Mais leur visage, il les a oubliés. Tout a disparu, lorsqu'on lui a volé cette douceur.

Brusquement, le froid l'a saisit. Comment, et pourquoi avait-il été jeté là ? Il ne le sait plus. Quelle était cette froide obscurité, ces quelques blafardes lumières illuminant une infinie blancheur ? Ses yeux tout juste ouverts ne lui permettaient pas encore de distinguer les choses qui l'entouraient. Et, même s'il en avait eut la capacité, aurait-il compris ? Lui qui avait été bercé par la douce chaleur du feu, niché confortablement dans le panier moelleux au milieu des ronronnements tendres de sa mère, comment aurait-il pu connaître les ténèbres d'une nuit d'hiver ?
Et il s'était endormit. Le petit être si fragile, qui avait à peine eut le temps de connaître la vie, s'était laissé gagner par le sommeil. Petite tache rousse insignifiante au cœur de la neige. Pauvre âme abandonnée…

___

C'est un guerrier du Clan de la Forêt Abondante qui découvrit le chaton roux. Celui-ci, inconscient, était aux portes de la mort. Il fut ramené au camp, où une reine du nom de Plume Vive le prit sous son aile. Son unique chaton, Petit Campagnol, avait le même âge que le petit orphelin.
Les lunes passèrent, et les deux chatons étaient devenus inséparables. Une, puis deux, puis trois. Ils étaient complices dans toutes leurs bêtises, et faisaient la fierté de leur mère. Celle-ci les aimait d'un amour farouche. Elle les aurait défendu jusqu'à la mort sans une hésitation.
Quatre lunes. Petit Campagnol tomba malade, gravement malade. Après avoir résisté aux rigueurs de l'hiver, ce fut les premiers jours du printemps qui scellèrent son sort. Alors que les remèdes manquaient dans la tanière du guérisseur et pointaient à peine hors de terre, la maladie emporta le chaton.

Petit Phénix eut le cœur déchiré. Petit Campagnol était son frère, son meilleur ami. Son seul ami. Les autres chatons, plus âgés, se moquaient de lui en prétendant qu'il n'était même pas un chat de Clan. Seul Petit Campagnol l'avait toujours vu comme l'un des leurs, dans la pouponnière.
La douleur de Plume Vive n'en fut pas moins grande. La jeune reine grise, endeuillée, fixait chaque nuit les étoiles en silence, le regard plein d'une froide colère qui se partageait à la tristesse. Elle maudissait ses ancêtres de lui avoir volé son fils tout autant qu'elle le pleurait.

Le temps passa, apaisant la douleur. Deux lunes plus tard, Petit Phénix devint novice sous le nom de Nuage de Phénix. Il fut confié à un imposant vétéran gris pâle tigré de noir, Pelage de Bouleau. Le guerrier était tout aussi bon combattant que bon mentor, et des liens forts se tissèrent vite avec son élève. Nuage de Phénix n'était pas un chasseur ou un combattant hors norme, mais il apprenait vite et ne rechignait pas à s'occuper des corvées d'apprentis.

Et Nuage de Phénix grandit. Malgré son entraînement qui lui prenait beaucoup de temps, il avait gardé des liens forts avec Plume Vive. Celle-ci avait repris ses fonctions de guerrière au sein du Clan. C'était une chasseuse remarquable.
Lorsque Pelage de Bouleau lui annonça qu'il était prêt pour passer l'évaluation finale, Nuage de Phénix lui demanda l'autorisation d'aller chasser avec sa mère afin de lui annoncer. Avec un ronron amusé, le guerrier avait donné son accord, et le novice avait filé vers la tanière des guerriers.

Ainsi la mère et le fils partirent-ils dans la forêt. La chasse fut fructueuse. Alors que les deux félins rassemblaient leurs proies pour prendre le chemin du retour, Nuage de Phénix annonça la bonne nouvelle à sa mère.
Mais soudain, des aboiements retentirent, mettant fin à la joie qui luisait dans les prunelles de Plume Vive. Au moment où il s'élançait à la suite de sa mère, Nuage de Phénix aperçut un molosse bondir hors des fourrés et leur donner la chasse, traînant derrière lui la laisse qu'il avait sans doute arraché aux mains de son bipède.

Le molosse se rapprochait. Nuage de Phénix sentit ses crocs claquer à quelques centimètres de sa queue. Il eut tout juste le temps de bondir sur un arbre et de se hisser aussi haut qu'il put en hurlant à sa mère de faire de même. Un cri assourdissant lui répondit.
Nuage de Phénix se tourna brusquement. D'abord il ne vit rien, que le chien qui se débattait dans les broussailles, non loin du pied de l'arbre. Et puis la bête releva la tête. Son museau était écarlate.

Nuage de Phénix hurla, encore et encore, le nom de sa mère. Seuls les cris furieux du cabot lui répondaient. Le novice était incapable de bouger. Les muscles raidis, il avait planté les griffes dans la branche où il se tenait, tandis que la bête secouait l'arbre en se jetant sur son tronc mince.
Soudain, des cris guerriers retentirent. Une patrouille entière surgit des buissons et se jeta sur le chien. Le combat fut bref, et, surpris, la bête s'enfuit au loin.
Nuage de Phénix se laissa dégringoler jusqu'au sol. Effaré, il se jeta vers le corps de sa mère qui gisait, le flanc soulevé par une légère respiration. Leurs regards se croisèrent un instant ; il y lu tout l'amour qu'elle lui vouait, toute sa terreur, tout son chagrin. Il y découvrit le voile pâle de la mort. L'instant d'après, Plume Vive n'était plus.

Les guerriers entourèrent le corps, la tête basse, endeuillés. Plume Vive avait été une guerrière très appréciée et écoutée. Pelage de Bouleau, qui était parmi eux, s'approcha de son élève avec compassion. Le novice feula brusquement, repoussant sans ménagement la queue de son mentor qui tenait de le consoler. Ignorant les cris désespérés des guerriers, Nuage de Phénix fit volte-face et, plein d'une rage nouvelle, s'enfuit.
Il couru longuement, au-delà des frontières de ses territoires, de tous les territoires. Et, lorsque la fatigue lui brisa les pattes, il se laissa choir sous les racines immenses d'un vieux chêne, où il laissa éclater sa douleur en lamentations. Seul. Loin de son Clan, loin des siens. Loin des ancêtres qui accueillaient à présent sa douce mère tant aimée en leur sein.

Deux jours durant, Nuage de Phénix demeura tapi dans son abri de fortune. Le chagrin, l'effroi, la culpabilité également lui ôtaient toute force. Mais l'instinct de survie et la faim le poussèrent, à l'aube du troisième jour, à quitter l'ombre de son repaire. Après sa course folle, son jeûne, son manque de sommeil et toutes les larmes versées, il ne ressemblait plus en rien au fier novice au pelage roux flamboyant. C'était un animal maigre, décharné, aux yeux bouffis et vides. Un chat errant, galeux, repoussant. Son pas était désordonné, ses pattes, trop longtemps ankylosées, ne le soutenaient guère plus qu'en boitant bas. Le jeune animal était devenu une ombre trop vieille pour que l'on en garde le souvenir.

Les jours passèrent. Nuage de Phénix avait apprit à survivre seul. Après s'être nourrit des maigres charognes et déchets de bipèdes qu'il avait pu trouver sur son chemin, il était parvenu à chasser de nouveau. Mais l'appétit lui manquait. Bientôt, ses côtes saillaient sous son poil devenu terne et ses yeux se creusaient. Les autres chats qu'il rencontrait parfois se montraient agressifs, se moquaient de celui qu'ils prenaient pour un chat errant si laid et difforme. Mais, d'ailleurs, n'étais-ce pas devenu le cas ?

Les jours devinrent des lunes, et Nuage de Phénix finit par se résoudre à demeurer un solitaire. Son Clan était bien loin derrière lui, il ignorait la direction à prendre pour y retourner. Et puis, il avait fuit, il l'avait quitté de son plein gré. Mais, par dessus tout, il avait tué sa mère. La terrible culpabilité ne le quittait plus depuis sa fuite. Il avait l'horrible sentiment que sans lui, la jeune guerrière serait encore en vie, chassant pour son Clan, son beau pelage gris perle moucheté des ombres de la forêt. Pourquoi le Clan ne l'avait-il pas laissé mourir dans la neige, jadis ?

Un jour, il parvint jusqu'à une vieille grange abandonnée. Il y fit la rencontre d'un vieux matou brun tigré aussi étrange que sympathique, Mud. Ce fut le premier félin a voir plus loin que la maigreur et le pelage terne de Nuage de Phénix, et à l'accueillir avec chaleur. C'était un solitaire âgé, qui souffrait de n'avoir personne à ses côtés. Il invita Nuage de Phénix a demeurer à ses côtés quelques temps, et le jeune félin, n'ayant aucune destination, y consentit. Mud lui répétait souvent qu'il allait bientôt devoir quitter la vieille grange, parce qu'il avait du mal à chasser, à présent. Qu'il devrait trouver un bipède, mais qu'ils ne voudraient jamais d'un vieux chat comme lui. Il adorait raconter des histoires, même s'il en oubliait sans cesse la fin à cause de ses problèmes de mémoire. Tu sais, petit, j'ai toujours vécu ici moi. Avant il y en avait d'autre, des chats. Mais les plus vieux sont morts, les autres partis. Tu me rappelles un matou que j'avais connu. Il était roux, comme toi. Et puis il est parti. Il m'a dit qu'il devait partir. T’ai je déjà parlé de la petite ? C'est lui qui me l'avait apportée.
La petite, Mud en parlait souvent à Nuage de Phénix. Il lui disait que c'était une petite chatte, les yeux à peine ouverts, qui avait été allaitée par la femelle qui séjournait dans la grange à cette époque-là. Et la femelle était partie deux lunes plus tard, emmenant avec elle la chatonne. Cette dernière était revenue, quelques lunes plus tard. Elle avait grandit. Mais elle aussi, après être restée plusieurs lunes auprès du vieux Mud, était repartie peu avant l'arrivée du roux. Elle disait qu'elle devait retrouver quelqu'un, mais le vieux chat avait oublié qui.

Nuage de Phénix s'occupa du vieux matou. Il chassait pour lui, l'accompagnait dans ses promenades, veillait sur lui. Il développa une profonde affection pour le vieux tête-en-l'air. Les proies ne manquaient pas, dans la vieille grange, et il reprit vite du poids. A présent qu'il avait un nid dans le foin chaud où dormir, il redevenait le jeune félin splendide, aux muscles noueux.
Mais les lunes passaient, et Mud vieillissait. Il devenait fragile, incapable de chasser, et même de marcher sans s'appuyer sur son jeune compagnon. Nuage de Phénix était impuissant face à son ami vieillissant. Mud se mourrait.
Un matin, en s'éveillant, Nuage de Phénix trouva son corps froid. Il se blottit contre lui, espérant malgré tout, le suppliant de revenir. Mais le vieux chat était parti. Ses lamentations explosèrent en une longue plainte douloureuse. Les larmes se mirent à ruisseler sur son museau. Il se laissa choir-là, tremblant de chagrin, murmurant à son vieil ami qu'il regrettait de ne pas avoir été à ses côtés, de l'avoir laissé seul lors de son départ.

Le soleil commençait à décliner lorsqu'un grattement alerta Nuage de Phénix d'une présence étrangère. Quelqu'un se trouvait à l'entrée de la grange. Un grondement grave et menaçant monta dans sa gorge, défendant à quiconque de venir troubler le dernier repos du matou. Mais l'intrus ne partit pas ; au contraire, une silhouette féline se glissa dans la vieille grange. Son odeur envahit la truffe du jeune mâle. Étrangement, elle lui semblait familière. Il était pourtant sûr de ne pas connaître la chatte élancée au poil tigré qui le fixait. Que… Mud ? Son regard avait  croisé le corps du vieux matou. Il s'était embué. Oubliant la présence de Nuage de Phénix, elle s'était précipitée vers Mud, larmoyante. Dans un geste protecteur, le mâle avait bondit sur ses pattes et feulé pour la faire reculer. Mais elle ne semblait même pas s'en être aperçue. Elle se jeta contre le cadavre, enfouissant sa truffe dans son poil brun. Mud, je suis si désolée ! Pourquoi suis-je partie ?

C'était elle. La petite. Celle que Mud considérait comme sa fille, qui l'avait laissé pour partir vagabonder ailleurs. Elle se nommait Plume d'Illusion. Bouleversée, elle aida Nuage de Phénix à enterrer le vieux Mud près de la grange où il avait toujours vécu.
Plume d'Illusion connaissait l'existence des Clans. C'était une ancienne guerrière du Clan de la Mer Déchaînée. Elle avait quitté le Clan pour retrouver Mud, trop inquiète pour lui. Comme elle repartait, elle proposa à Nuage de Phénix de l'accompagner, pour qu'il retrouve les siens. Le matou accepta.

Ainsi les deux félins prirent le chemin du retour. Et ils croisèrent la route du matou roux, celui qui avait amené Plume d'Illusion jusqu'à la vieille grange. Qui n'était autre que son père. Lorsque la guerrière le vit, son poil se hérissa. Nuage de Phénix comprit pourquoi. Il était le portrait craché du grand mâle. Il était le frère de Plume d'Illusion.
Le père fut fier de ses petits. Il leur annonça qu'il n'avait jamais agit comme un véritable père auprès d'eux, et qu'à présent, il ne méritait plus de l'être. A présent, les deux jeunes avaient trouvé chacun une vraie famille, au sein de leurs Clans. Et après avoir fait ses adieux à sa précieuse progéniture, il s'en alla.

Alors que les territoires des Clans s'étalaient devant eux, le frère et la sœur se séparèrent sur quelques paroles. Il n'y avait pas besoin de plus. L'un comme l'autre savait que malgré les liens qui les unissaient, ils demeureraient fidèle aux leurs, et que s'il y avait affrontement, ils se battraient pour leur cœur et non pour leur sang. Ils étaient nés mi-solitaires, mi-domestiques, et étaient à présent des guerriers. Ils se reverraient aux Assemblées, mais sur le champ de bataille, ne seraient plus que des ennemis.

Nuage de Phénix regagna les terres du Clan de la Forêt Abondante. Anxieux, il se glissa dans le camp. Tous les regards se tournèrent vers lui. Tandis qu'il revoyait des visages familiers, il songeait que tout lui paraissait bien plus petit. Quand avait-il grandit ? Il était un adulte, à présent, puissant et splendide. Il n'avait plus rien du novice qu'il était lorsqu'il avait fuit.

Nuage de Phénix ?
Le jeune chat se tourna vivement. Un vieux matou le fixait, l'air incrédule. Son cœur se serra lorsqu'il reconnu Pelage de Bouleau. Son mentor, son père. Autrefois fort, le pelage brillant, il n'était plus à présent qu'un ancien couturé de cicatrices. Pelage de Bouleau… Je suis désolé d'être parti…
Son mentor le fit aussitôt taire. Il glissa sa queue sur le dos du jeune mâle. Tu es revenu, Nuage de Phénix… Plume Vive serait fière de toi. L'ancien novice baissa la tête, bouleversé. Il aurait tant aimé retrouver également la belle femelle grise…

___                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                      

« Nos ancêtres rendent honneur à ta loyauté et à ta prudence, et nous t'accueillons dans nos rangs en tant que guerrier à part entière.

– Plume de Phénix ! Plume de Phénix ! »

Le jeune guerrier leva le museau vers les étoiles naissantes. Il savait que le chef du Clan avait choisi ce nom pour honorer Plume Vive. Voulait-il aussi lui rappeler que son Clan était sa famille, tout comme Plume d'Illusion ? Me vois-tu, Pelage de Bouleau ? Es-tu fier de ton apprenti ? Plume de Phénix songea qu'il était à présent aux côtés de Plume Vive et Petit Campagnol – et de Mud, sans doute. Et que tous étaient fiers du guerrier qu'il était devenu.

"Calm or Lunatic ?" - Caractère

Plume de Phénix est un félin sympathique aux premiers abords, bien que méfiant. Il est très protecteur envers son Clan et ses proches, et d'une loyauté à toute épreuve. Il admire tout particulièrement son chef et son lieutenant, à qui il voue un dévouement sans faille. Il n'est ni peureux, ni téméraire, et se lancera dans la bataille sans hésitation malgré un naturel prudent. Affectueux et serviable, il n'hésite pas à aider ceux qui sont dans le besoin, même s'ils sont d'un autre Clan. Cependant, il n'ira jamais à l'encontre des ordres de ses supérieurs, et respecte à la lettre le Code du Guerrier.
C'est pourtant un esprit tourmenté. Il peut se montrer craintif envers des choses inconnues. Il est particulièrement méfiant envers les étrangers. Il lui arrive de demeurer silencieux et de s'isoler lorsque sa peine resurgit.


"Beauty or Ugly ?" - Physique

Plume de Phénix n'est pas le plus grand. Ni le plus imposant. D'une taille raisonnable, ni trop petit, ni trop grand, il n'est pas le plus rapide mais compense cela par son agilité. Son poil n'est ni plus long, ni plus court que celui de tout chat, et le protège efficacement de la bruine, du vent et du froid.
Plume de Phénix est bien proportionné, svelte mais musculeux. Ses pattes robustes sont pourvues de griffes acérés, aussi blanches que ses crocs, et d'épais coussinets roses qui étouffent ses pas.
Le félin possède une belle robe rousse tigrée. Son menton, comme le bout de sa queue, vire dans une teinte crème, proche du blanc. Ses yeux sont ambrés.

© Never-Utopia


Signature :
 

_________________


Autre :
 


Aviez vous déjà imaginé :
 


Couleur de parole : cornflowerblue
Revenir en haut Aller en bas
 
Plume de Phénix - Clan de la Forêt Abondante
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Simulation - forçage état des cantons
» [Joueurs Marnais 51] Association Clan MYRMIDON
» Installer un thème nuked clan
» Forum la guerre des clan
» Clan Kravt

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Ère des Prophéties :: Commence ta vie :: Prés-crées :: Mâles-
Sauter vers: